alt=

Découvre le styliste Bevan Agyemang

Alors que les températures dégringolent à l'approche de l'automne-hiver, les superpositions redeviennent notre meilleur pote. Nous avons interviewé Bevan Agyemang, styliste de notre dernier shooting-photo, pour découvrir ses meilleurs conseils en matière de mode et plus encore...

alt=
Jayne Bibby
alt=

Bevan se décrit depuis toujours comme un artiste pluridisciplinaire, en raison de l'intérêt qu'il porte à divers aspects du secteur de la création. Avant de se lancer dans le stylisme, il était photographe. Qu'est-ce qui l'a poussé dans cette direction ? « Je me suis toujours intéressé à l'anthropologie, aux modes de comportements et aux études culturelles, » explique-t-il. « Une part importante de la photographie porte sur la relation qu'entretient l'espace avec la composition et la lumière. J'ai commencé par utiliser les styles locaux de mon espace immédiat pour communiquer mon identité. Je me suis ensuite rendu compte que les vêtements étaient un langage que le stylisme me permettait de mieux comprendre. »

Avec un tel éventail de passions qui englobe la recherche, le stylisme, la photographie et l'image finale, nous voulions découvrir les vraies priorités de Bevan. « La recherche est probablement mon élément déclencheur, » explique-t-il. « J'aime beaucoup les histoires et les visuels qui ont de la substance. Ma formule consiste à enregistrer, à conserver et à reproduire. Parfois, certaines idées sont d'abord conservées ou développées pour acquérir des éléments de personnalité. Dès que les conditions sont favorables, elles se révèlent et il faut alors les mettre en application. »

Le shooting-photo de notre dernière campagne souligne les valeurs et la philosophie de Primark. Nous soutenons tous les styles. Nous célébrons la diversité, l'ouverture d'esprit et la solidarité à travers chacune de nos actions. Bevan partage tout à fait notre façon de voir les choses. « Le fait de comprendre mon héritage culturel ghanéen m'a permis de vivre en accord avec ce que je suis. J'ai cessé de me conformer à un narratif que l'on m'imposait et je me suis mis à écrire le mien. » Quelle place occupe cet héritage ghanéen dans le travail de Bevan et quelle importance revêt-il à ses yeux ? « Je pense qu'au départ, c'était quelque chose que je tenais à communiquer car j'étais moi-même en pleine découverte. Je voulais documenter tout ça en temps réel. Je dirais que c'est l'ossature de mon travail. Mais il y a d'autres éléments qui sont tout aussi importants. Je vis dans un espace qui évolue en permanence et cette évolution a une influence fondamentale sur mes créations. »

alt=
alt=

Nous voulions aussi savoir à quel point Bevan pense qu'il est important de sensibiliser les gens à différentes cultures à travers ses créations. « Je préfère laisser les gens libres d'interpréter mon travail, » explique-t-il. « Je sais que chacun possède ses propres critères culturels et que certaines choses ne seront peut-être pas tout à fait comprises. Le principal, et ce que j'espère, c'est que mes créations les fassent réfléchir. Parce que s'il est important de s'ouvrir à d'autres cultures, c'est cette réflexion personnelle qui a le plus d'impact. »

Comment Bevan a-t-il réussi à donner vie au look de chaque mannequin de notre dernier shooting-photo tout en célébrant leurs différences à travers ses créations ? « Je pense que la paternité d'une œuvre est indissociable de l'image qu'elle renvoie. Il existe un "troisième espace" entre le mannequin et moi. Pour obtenir une véritable énergie hybride, il faut trouver le juste équilibre des deux côtés. Quand tout est parfaitement en phase, chaque mannequin peut introduire une facette de sa personnalité dans cet espace et dans son look. »

À l'approche de l'automne-hiver, les superpositions reviennent sur le devant de la scène. Nous avons demandé à Bevan de nous confier ses secrets pour associer différentes pièces sans alourdir la silhouette. « Superposer, pour moi, c'est avant tout modifier la forme de la silhouette. Outre leur fonction primaire qui consiste à tenir chaud, les superpositions permettent de composer 2 ou 3 looks différents avec une seule tenue. Jouez avec différentes textures pour créer des contrastes et une belle harmonie avec les matières. »

L'association de textures et d'imprimés a priori dépareillés est une autre grande tendance de notre collection automne-hiver. Comment réussir ce look sans se tromper ? Bevan nous explique la marche à suivre : « Être à la mode, c'est avant tout se sentir bien. L'idée de s'imposer des restrictions quand on cherche à se libérer n'a aucun sens. Parfois, il faut oser se démarquer. Si quelque chose vous semble juste, lancez-vous. Ce sentiment-là est à vous, personne ne pourra jamais vous en priver. »

alt=
alt=

Quelles sont les pièces que Bevan choisira de superposer cet hiver ? « J'opterai pour des cardigans oversize, de grands pardessus, et des bottines au look industriel. Je miserai essentiellement sur des looks décontractés et confortables. L'hiver va sans doute être rude, au propre comme au figuré, et le sentiment d'être bien dans ce que je porte me réchauffera inconsciemment l'esprit. » On adhère complètement !

Le look monochrome intégral reste une grande tendance de la mode masculine et féminine. Comment affirmer notre individualité si tout le monde porte la même chose ? « Les accessoires sont le meilleur moyen de travailler son look et de le personnaliser. Une thématique neutre est un bon point de départ. Un accessoire vous offre une troisième dimension, tout en donnant vie à des tonalités neutres. »

Dans le cadre de notre nouvelle collection, nous avons récemment lancé notre Modest Collection pour encourager nos clientes à exprimer leur style personnel tout en adoptant un look plus traditionnel et discret. Quel conseil donnerait Bevan à toutes celles qui recherchent ce type de look, à des fins religieuses ou autres ? « Privilégiez la sobriété et optez pour une variété de textures. Misez sur des tonalités discrètes, jouez avec les superpositions et la silhouette, et évitez d'utiliser des pièces trop voyantes. Développez un langage plus réfléchi, qui demande à l'œil davantage d'interprétation. »

Dans notre shooting-photo, les articles homme et femme ont été délibérément mélangés. Existe-t-il encore des différences entre les sexes en matière de mode ? « Je trouve que les hommes portent le même type de vêtements classiques depuis trop longtemps. Aujourd'hui, nous avons la liberté de créer des silhouettes différentes et d'exprimer l'androgynie. Je partage ma garde-robe avec ma partenaire et je trouve que cela nous rapproche d'une manière unique. Les structures s'effondrent, les frontières sont abolies. » LIBERTÉ

alt=
alt=

Alors que l'on est toujours en pleine pandémie et que l'on traverse actuellement une phase de déconfinement (avec la possibilité d'un nouveau confinement à l'horizon), nous avons demandé à Bevan s'il pense que les tenues chics vont céder la place à des looks plus décontractés sur le court terme. « Je dirais plutôt que le confinement a encouragé les gens à s'habiller comme ils l'entendent. Aujourd'hui, on privilégie surtout les tenues dans lesquelles on se sent bien. Je trouve aussi que nous avons tous été plus créatifs avec notre temps et avec les choses que l'on possède. On a davantage tendance à recycler et à réinventer ce que l'on a. On se fabrique par exemple des masques avec des t-shirts que l'on ne porte plus. »

Quels sont les projets de Bevan pour la fin de cette année 2020 si particulière et incertaine, notamment dans le secteur de la création ? « J'ai eu la chance d'avoir eu beaucoup de travail ces derniers mois, au regard de tout ce qui se passe. Je travaille actuellement sur plusieurs projets passionnants, et dans cette situation qui change d'un jour à l'autre, j'ai appris à apprécier le court terme. »